Fondateurs


Une passion commune : l’éducation


Ricardo
Larrivée

« Travailler sur l’estime de soi, sur la confiance, sur l’autonomie, c’est ce que j’essaie de faire auprès des jeunes, notamment avec la Tablée des Chefs. Les jeunes ont besoin de valorisation. Je trouve que la cuisine est un excellent moyen de les amener à savourer des petites réussites au quotidien. Le jeune réussit une recette, impressionne ses parents ou amis, éprouve une grande satisfaction d’avoir nourri son monde… il s’agit d’une dynamique extrêmement positive que l’enseignant peut exploiter pour amener ses élèves à trouver d’autres domaines dans lesquels ils peuvent exceller ou s’épanouir. Je pense sincèrement qu’apprendre aux enfants à bien se nourrir peut faire d’eux des adultes plus conscients et plus exigeants, capables de changer économiquement et socialement le tissu urbain des villes du futur. »

Pierre
Lavoie

« Selon moi, l’éducation est la colonne vertébrale de notre société. Depuis 10 ans j’ai visité des centaines et des centaines d’écoles au Québec et je suis convaincu d’une chose : si les médecins sauvent des vies, les enseignants, eux, sauvent des sociétés. Et c’est encore plus vrai dans les milieux défavorisés. Si l’on veut aider les enseignants à remplir cette mission capitale, nous devons leur donner les moyens d’exercer leur travail dans un environnement où ils se sentent inspirés, valorisés. Nous devons les appuyer. Leur enthousiasme est indispensable à la réussite des jeunes. Ce rêve qui m’anime de créer des environnements plus propices à l’apprentissage a déjà été réalisé avec succès à plusieurs endroits dans le monde. Nous devons nous inspirer des meilleures pratiques pour définir notre propre modèle afin de donner le goût à nos enfants d’apprendre et aux professeurs d’enseigner. »

Pierre
Thibault

« Selon moi, l’éducation est fondamentale. C’est la première chose qu’une société doit offrir aux gens afin de leur permettre de se développer et de devenir de bons citoyens. Or, en qualité d’architecte, je me suis rendu compte que l’espace changeait beaucoup notre perception de la vie, qu’un environnement agréable et confortable favorise l’apprentissage, le travail, les échanges. Puisque la formation des jeunes dure plusieurs années, autant leur offrir les meilleurs espaces possible. En faisant de l’école le plus bel endroit du quartier, cela peut devenir très attirant pour les jeunes, leur donner le goût d’aller à l’école et, ultimement, de continuer d’apprendre pour le reste de leur vie. »